Art contemporain : Luxe, Calme et Volupté…

Estelle Bories et Philippe Rozin

Art contemporain : Luxe, calme et volupté…

000_ts-par8011409

Musées en constante recherche de mécènes, privatisation croissante d’espaces muséaux, collections constituées comme des placements financiers par des investisseurs privés, irruption massive de liquidités issues de la private equity… Depuis une dizaine d’années en France, l’application du système financier capitaliste dans les sphères de l’art contemporain connaît un essor inédit. Les marchés de l’art nationaux subissent des transformations expérimentées par bien d’autres modèles culturels (citons notamment le marché de la presse et l’irruption de grands tycoons ou encore le système des majors en musique).

Deux modifications importantes ont impacté notre paysage artistique : la naissance d’institutions privées et la création, sous couvert d’universalisme, d’antennes de grands musées à l’étranger. Dans ce dernier cas, on assiste à une opération de filialisation. Les grandes institutions muséales nationales sont désormais promues modèles culturels avec comme soubassement l’exportation d’un savoir-faire. Jetée dans le bain de la concurrence internationale, le rôle du musée et la place de l’œuvre d’art ont changé de nature avec la course aux pétrodollars du Golfe. Les institutions muséales sont entrées dans une logique financière globalisée parfois à parts égales avec des institutions privées[1].

the-louis-vuitton-foundation-art-a2e9-diaporama

Mais comment se manifeste cette course folle ? Par le luxe.

« Le luxe est toujours en proportion avec l’inégalité des fortunes. Si, dans un État, les richesses sont également partagées, il n’y aura point de luxe ; car il n’est fondé que sur les commodités qu’on se donne par le travail des autres » (Montesquieu, L’Esprit des Lois).

Le luxe reste le prisme des inégalités sociales et économiques réfléchies dans un espace perpétuellement illuminé et transparent. Implicitement, le luxe s’auto-engendre et croît avec la dissipation du système redistributif. Mais le luxe est aussi un oubli radical du monde. Dans l’Énéide de Virgile, Énée et Didon oublient leur servitude en consommant leur union dans le luxe (« …qu’Énée, un homme né de sang troyen, était arrivé, et que la belle Didon ne dédaignait pas de s’unir à lui ; et maintenant, dans le luxe ils passent ensemble l’hiver, combien long, à se choyer, oubliant leurs royaumes et prisonniers de leur honteuse passion » Énéide, Livre 4, 190)

Le luxe est l’oubli du monde social et des servitudes humaines. Il propulse le moteur de la vie dans une catharsis imaginaire où l’environnement immédiat n’oppose plus de résistance, mais devient d’une transparence totale.

1353906651-ajn-abu-dhabi-louvre-view4

Faire de l’art le continuum du luxe mondialisé est donc plus qu’une posture : c’est un tour de force qui affecte autant qu’il le qualifie l’objet qu’il transforme. Une telle transformation du monde de l’art et de ses objets est mue par une logique nouvelle, tangible dans une reconfiguration institutionnelle majeure. Cette propension du luxe à s’introduire dans l’art revient insensiblement à substituer aux expérimentations des avant-gardes historiques la présentation de collections qui affichent en pleine lumière la fortune et la puissance de leurs propriétaires.

Et la critique dans tout ça ? L’irruption du luxe dans la création contemporaine suscite un écho critique assez faible chez « les acteurs du monde de l’art ».[2] Une raison bien pragmatique : se détourner du luxe, du mécénat et autres fonds privés constituerait un réflexe rétrograde, un atavisme balourd d’historiens inaptes à saisir les pratiques sociales du monde contemporain. Certains, comme disait le sociologue allemand Niklas Luhmann, sont voués à comprendre le codage contemporain du monde quand d’autres vivotent en dehors. C’est ce que résumait plus brutalement le directeur d’un grand musée privé situé à Oslo en évoquant la quasi disparition des historiens de l’art (perdants résignés de la mondialisation).

Cette connivence avec l’univers du luxe serait même devenue indispensable pour continuer à organiser des expositions moins grand public[3]. C’est même faire preuve de réalisme : après tout, pourquoi vouloir jouer les vierges effarouchées alors qu’un principe de réalité doit être pris en considération ?

On nous assène désormais un autre argument massue : l’alliance entre luxe et art contemporain permettrait de prouver que, contrairement aux apparences, la France saurait maintenir son rang dans le concert des grandes nations culturelles.

Prenons cette citation éloquente d’un consultant spécialisé, Thierry Consigny : « Dans le domaine de l’art, qui est tout sauf marginal, la France compte toujours beaucoup. Face à l’absence de croissance, la beauté est un moteur de développement sur lequel il faut investir. »[4]. Tout un programme…

La croissance du tourisme, c’est bien aussi de cela qu’il s’agit . Pour preuve, les riches collectionneurs chinois affluent à Paris et participent à la bonne santé économique du secteur, sans oublier que leur passage stimule avantageusement l’hôtellerie de luxe.

Autre bonne nouvelle, le rapprochement du luxe globalisé et de l’art contemporain se trouve largement facilité par l’intérêt que portent certains grands chefs d’entreprise à la création contemporaine. Voilà un discours qui s’assimile vite et qui rapporte (fiscalement aussi) assez gros. Rien d’étonnant, à ce propos, que François Pinault et Bernard Arnault aient été comparés, très sérieusement, aux Médicis. Et puis, pourquoi ne pas pousser plus loin encore et revenir à la conception de la beauté dans l’antiquité pour justifier d’un rapprochement aussi prégnant entre art, artisanat, design et mode ? On trouve bien des sociologues pour rapprocher Booba de Céline, alors… D’ailleurs, les collections ne sont pas en de si mauvaises mains… Comment ne pas être séduit par l’appel d’un voyage à bord du grand navire en verre de la Fondation Vuitton quand Suzanne Pagé, ancienne directrice du Musée d’Art Moderne de la ville de Paris, est aux commandes ? La caution est éternelle.

Dernière remarque : dans cette période de crise, n’est-il pas rassurant d’entendre que la fondation Louis Vuitton dispose de moyens illimités ?….

 

 

[1] Vicent Noce, « Louvre Abou Dhabi : les mille et un ennuis »(avril 2013), Liberation.fr,  http://next.liberation.fr/arts/2013/04/12/louvre-abou-dhabi-les-mille-et-un-ennuis_895810,

[2] Citons toutefois l’initiative lancée par l’écrivain Pierre Alferi pour appeler les artistes à ne pas céder à l’appel des sirènes de la fondation Louis-Vuitton : « L’art n’est-il qu’un produit de luxe ? » (octobre 2014), Les invités de Mediapart, http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/201014/lart-nest-il-quun-produit-de-luxe. Dans l’appel diffusé sur ce site, un seul historien de l’art est signataire : Georges Didi-Huberman

[3] Jean de Loisy, Président du palais de Tokyo, reste le parfait représentant de cette gestion décomplexée.

[4] Robert, Martine, « Art : Paris fait son big bang » (octobre 2014), Les Echos.fr,  http://www.lesechos.fr/week-end/culture/0203830084754-art-paris-fait-son-big-bang-1052156.php, 17 octobre 2014.