Mue prophétique

photo Jacques BD

Au cas où cela vous serait passé au dessus de la tête, l’événement de la rentrée est encore visible jusqu’en janvier. Tout le monde l’attendait, l’exposition du siècle, celle qui, enfin, révélerait à un monde en quête de figure de proue la puissance d’un esprit en suspension dans les airs himalayens de la pensée spéculative.

Après avoir usé les cabinets ministériels, stationné au Conseil d’État et écrémé avec avidité les idées de son époque, le grand apothicaire de la République endosse à présent le costume d’inspirateur d’exposition. Notre grand humaniste, Pic de la Mirandole moderne, pénétré de science talmudique, de marxisme, de capitalisme, de monétarisme, de droit de l’hommisme (liste loin d’être exhaustive)… allait enfin éclairer ce début de siècle et redonner son lustre au génie français ! Il revint, tel l’oiseau-lyre, le géant providentiel, le thaumaturge parfumé, l’empereur à la barbe blanche et fleurie des lauriers élyséens ! Assurément, cette exposition marquera un tournant inédit dans l’histoire de l’art de européen. Un avant et après (mais pas un pendant visiblement). Le monde s’incline devant la vision prophétique d’une âme convulsée par les tourments de son siècle. Toi esprit pur, rencontre ultime de l’Orient et de l’Occident descends vers le commun et éclaire-le. On raconte que des effluves magiques pénétraient dans le temple et plongeaient dans un état second la Pythie. Jacques, tu fais aussi de nous des Pythies orgiaques, et, comme de vils adorateurs, nous tombons en pamoison.  En toi, nous vénérons l’homme absolu incarné dans une dimension mythique.

photo (15)

Mais revenons aux fondamentaux : l’exposition fondée sur le Livre attalesque… Bel hommage aux lettres françaises et pour notre barde mélancolique de chanter : « Pour comprendre ce que peut-être l’avenir, il me faut raconter à grands traits l’histoire du passé. On verra qu’il est traversé par des invariants et qu’il existe comme une structure de l’Histoire permettant de prévoir l’organisation des décennies à venir». Et puis le projet, oui, le projet, un peu fou. Si vous osez encore nourrir quelques indélicates suspicions sur les transfigurations de notre créature des abysses mitterrandiens, allez donc voir cette exposition dans son sobre écrin : le palais du Louvre. Un jouet bien modeste il est vrai pour la dimension métaphysique du projet[1]. Dérisoire enceinte en proportion de notre génie de la culture : Louvre, ouvre-toi à la puissance du géant providentiel ! Louvre, fends-toi comme la mer rouge au prophète et à ses ouailles. Il faut dire que le tour est fameux car « l’animal » a bien manœuvré pour trouver des porte-voix ; pensons à la malheureuse commissaire d’exposition et au directeur d’une célèbre institution dédiée à l’art contemporain contraints de se retrouver médiateurs des « chefs d’oeuvre de la pensée de tous les continents » afin de rendre sensible « la force de l’institution muséale à exister dans se présent » (rien que ça).

photo (17)

Onze poids de marché, Birmanie, 19ème siècle, Marbre.

Tout est également dans ce passage : « À travers ces oeuvres sont mises en valeur la succession de moments historiques d’expansion et de repli, la construction d’échanges entre individus ou communautés, et la création de divers moyens de communication pour rendre possibles ces échanges. » Oui, c’est bien toi, Jacques, tu sais échanger tes fluides éthérés avec le commun des mortels. Il faut dire que du stricte point de vue de l’histoire de l’art, c’est toute la muséographie qui est révolutionnée : « C’est alors une manière différente de voir qui prend le pas, celle qui s’attache aux spécificités de chaque œuvre et à ce que celle-ci indique de la culture, du lieu, du temps et des hommes qui l’ont créée ». D’ailleurs, nous sommes dans un tel rapport de proximité avec les œuvres ou les objets de la culture matérielle de tous les continents (peu importe après tout ces vieux débats de type Arts ou Crafts ou sur l’utilité et la signification symbolique) qu’il n’est souvent nul besoin de cartels pour présenter ces derniers. Pour affirmer la tendance, les quelques écrits explicatifs sont souvent à des emplacements qui les rendent quasiment illisible[3]. En revanche, soyez rassurez, vous aurez des explications sur toutes les œuvres contemporaines.

Comme il a du être facile de convaincre l’ancien directeur du Louvre, Henri Loyret : l’exposition qui dit tout du monde, des hommes, de la raison dans l’histoire à travers des œuvres. Les grands prophètes et les visionnaires étaient autrefois voués aux plus infâmes gémonies (« Et si, d’aventure, un énergumène osait tenir un autre langage, avait la sottise de charger sa vie de souci et de responsabilité dans la crainte et le tremblement, pour venir encore tourmenter les autres, prenons nos précautions, déclarons-le fou ou, s’il le faut, faisons-le mourir », Kierkegaard) mais, heureusement, notre grand astre, lui, a connu une époque plus soyeuse, car nos mœurs ont changé. Le génie a plus que jamais droit de cité, et, après tout, c’est un progrès, non ?

Estelle Bories et Phillippe Rozin

 

 

 

[1] Les interventions des intellectuels (Jacques Derrida notamment) au sein du musée étaient limitées jusqu’à présent à des espaces plutôt restreints.

[2] Les quelques critiques entourant « cet événement majeur » de la rentrée ont été écrites soient par des réactionnaires de droite ou des belges !

[3] Certains vont certainement dire que tout s’explique par le désir de répondre au mieux aux normes européennes en matière d’accessibilité à l’information pour les personnes atteintes d’un handicap moteur… Certes mais alors pourquoi l’éclairage rend illisible certains cartels ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *