Oratorio prolétarien

 

Un oratorio prolétarien : la biennale 2015 et son exploration du Capital.

Les noms donnés aux biennales d’art de Venise reflètent souvent les intentions de leurs promoteurs. Le choix d’Okwui Enwezor, All the world’s futures (“Tous les futurs du monde”), s’il est tapageur et ambitieux, voudrait marquer un changement d’orientation.
Perçu comme le dernier stade d’une trilogie après ILLUMInation de Brice Curiger en 2011 et le Palais encyclopédique de Massimiliano Gioni en 2013, All the world’s futures a pour projet d’intégrer une dimension plus tourmentée de la création contemporaine. Une question structure les différentes manifestations : de quelles manières les artistes prennent-ils en considération l’anxiété de leur époque ? L’utilisation particulièrement massive d’un arsenal de termes performatifs (State of things, Liveness, Oratorio, Filtres) est là pour attester du sérieux conceptuel de l’aventure.

CEPQwsRWoAAf3RK

Raqs Media Collective, Coronation Park, 2015

Autre distinction des dernières manifestations vénitiennes, le patronage est à l’honneur. Après Titien et Marino Auriti, c’est au tour de Paul Klee et d’Angelus Novus de devenir l’emblème de cette Biennale de 2015. Aquarelle réalisée en 1920, Angelus Novus a été analysée par Walter Benjamin, son acquéreur, comme une allégorie de la barbarie moderne. Okwui Enwezor se réapproprie de manière directe la dimension tragique du rapport à l’Histoire propre à Benjamin. Il suffit pour s’en convaincre de reprendre un extrait du texte de présentation de All the World’s futures :

« One hundred years after the first shots of the First World War were fired in 1914, and seventy-five years after the beginning of the Second World War in 1939, the global landscape again lies shattered and in disarray, scarred by violent turmoil, panicked by specters of economic crisis and viral pandemonium, secessionist politics and a humanitarian catastrophe on the high seas, deserts, and borderlands, as immigrants, refugees, and desperate peoples seek refuge in seemingly calmer and prosperous lands. Everywhere one turns new crisis, uncertainty, and deepening insecurity across all regions of the world seem to leap into view. »
Crise économique, désastre humanitaire, guerre totale, passé, présent, futur hypothéqués… les oeuvres sélectionnées sur les deux sites des Giardini et de l’Arsenal incarneront une dimension tourmentée de la période contemporaine. Fort de la prestigieuse filiation artistique et théorique benjaminenne, un plan d’ensemble se dessine : Okwui Enwezor reprend à son compte la tradition de l’artiste visionnaire. « La tempête poussant l’ange vers l’avenir » a pour débouché l’ultime catastrophe que l’ange discerne derrière la multiplicité des évènements[1]. Le vent éloigne l’ange et le pousse vers la nouveauté – une nouveauté que Benjamin comprend comme le synonyme du cataclysme.

Content_Image_angelus_content

Paul Klee, Angelus Novus, 1920, Musée d’Israël, Jérusalem

Okwui Enwezor se livre à une vision cathartique : la prise en compte des traumatismes nés des menaces écologiques, du sort tragique connu par de nombreux migrants et de l’expérience de la guerre s’inscrivent en contradiction avec l’aspect festif et immensément mondain de la manifestation. D’aucun pourrait s’en réjouir puisque le rôle et les ambitions de cette 56ème édition seraient spectaculairement redéfinis et rehaussés. L’attribution d’un lion d’or au pavillon arménien, nation qui commémore le centenaire du génocide, couronne la prise en considération de la dimension historique. L’exposition collective, Armenity/Haiyutiou, organisée par des artistes de la diaspora arménienne sur l’Ile de San Lazzaro degli Armeni atteste des facultés de résilience en jeu dans la création contemporaine[2]. Plus qu’une simple plateforme impactant sur la notoriété d’un artiste, d’un commissaire, voire d’une nation, cette biennale deviendrait la matrice d’une réflexivité sur un monde au devenir incertain. Face à ces spectaculaires déclarations d’intention, il apparaît opportun de se demander de quelle manière elle initie réellement une perception renouvelée de ce type de manifestation ? Dans ce registre, deux dangers implicites doivent être écartés : le sentiment de la perte de sens et l’enfouissement de l’art contemporain dans les limbes du marché. Le pari pour le directeur artistique est alors de se distinguer du rôle du curateur voiture-balai ou de pourvoyeur incessant d’un  bric-à-brac théorique pour justifier de la pertinence de son intervention. Le projet de la biennale de Venise de 2015 exploite ainsi à plein le souci de sens qui semble tarauder tous les commissaires d’exposition.
Une croisade purificatrice : « The State of things »

Après avoir été accusé de participer aux enjeux du marché de l’art, au Star-system et à la diffusion de relents outrés du bling-bling des années 1990, le retour aux faits (ce que Okwui Enwezor nomme « the State of things ») sonne pour la Biennale de Venise  comme une quête d’authenticité. Cette traversée du temps, sous couvert de constat (l’état des choses), veut réinstaller la Biennale dans un processus historique en phase avec les ruptures et les errements de son époque. Ce balisage par un vocabulaire particulier induit forcément une volonté encyclopédique et la constitution d’un vaste répertoire formel.

00516

Robert Smithson, Dead tree, 1969/2015

Sur ce terrain, les moyens et les logiques d’action sont assez convenus. Quelques grandes figures tutélaires (Walker Evans, Baselitz, Chris Marker, Robert Smithson, Marcel Broodthaers) permettent de créer des passerelles thématiques (engagement social, absurdité de la condition humaine, environnement) avec des pratiques actuelles [1]. On laisse ainsi proliférer les manifestations individuelles en se disant que, dans le meilleur des cas, une vision d’ensemble pourra émerger. Cette volonté correspond aux exigences courantes, car l’époque a changé : l’art se conçoit surtout comme expérience dont le Curateur-chercheur-archiviste est à la fois maître d’œuvre et architecte[3].

imgres

Walker Evans, Let Us Now Praise Famous Men

Capital: A Live Reading

En dehors de l’organisation de l’exposition internationale qui met en avant l’impressionnant réseau d’Okwui Enwezor, une autre surprise attend le spectateur. Après le global VS local (glocalisation)sur fond de relativisme ou d’ethnographie (sujet encore payant), le Body VS technologie, exploités avec une désarmante régularité depuis des années, c’est Marx, oui, Karl Marx qui est de retour…Mais quel Marx ? Pourquoi invoqué Marx, seul ou avec ses meilleurs épigones (Balibar, Althusser) ?Matériellement, l’espace  dédié au Capital est localisé dans l’Arsenal. Le lieu, nommé l’Arène, a été aménagé par le designer d’origine Ghanéo-londonienne David Adjaye (qui a bénéficié d’une rétrospective au Haus der Kunst que dirige Okwui Enwezor juste avant l’ouverture de la Biennale). La relation énoncée entre le Capital et la révolution qu’il porte en lui s’opère par le biais -au plutôt le filtre- de l’incantation, de la chanson et de la récitation. Quitte à consacrer un espace à un livre de référence et à attester par la même l’originalité du directeur artistique, il fallait bien tenter d’en renouveler la lecture. Le marxisme dans sa dimension sacrée, quelle trouvaille ! C’est la forme infiniment questionable dont la complexité intrinsèque produirait de quoi bâtir un rempart contre la vacuité événementielle.

Venice-Biennale-Art-2015-Central-Pavilion-exhibition-inexhibit-06

Biennale de Venise de 2015, Capital : A live Reading

L’évènement s’organisera de la manière suivante : pendant sept mois Der Kapital sera lu par des acteurs comme un texte dramatique. L’ensemble, orchestré par Isaac Julien, envisage le magnum opus comme une lecture continue, jusqu’à le faire entrer dans le domaine du rituel. La comparaison avec la récitation ininterrompue de l’Akhand Path Sikh est invoquée pour comprendre la relecture révolutionnaire. Le Capital peut-être perçu comme une litanie dont l’une des vocations, si l’on suit la filiation avec le rite Sikh, serait de rétablir la paix et la consolation. Autre dimension religieuse apportée à la performance, le passage par la lecture renvoie à “une sorte d’oratoire”. On est frappé par le caractère épique (le terme est employé par Okwui Enwezor) et du recours à la thématique de l’Oratorio. Un appel au récitatif, à la parole renoue avec la dimension de l’art total. Elle instrumentalise l’idée de performance, de simplicité et de recueillement.
Plusieurs éléments poussent à ce rapprochement :
– la lecture en trois parties
– le recours à des récitants et l’alternance des parties chantées et récitatives

Si la Biennale trouve une cure de jouvence dans la lecture de Marx, Okwui Enwezor voudrait que l’inverse fonctionne également. Compliquant encore la combinaison, cette interprétation du Capital associe la capacité dialectique marxiste et la prise de parole des opprimés ou d’aires culturelles considérées auparavant comme périphériques. Il s’agit ainsi de pénétrer les esprits et de recomposer la structure du pouvoir. La mémoire de Stuart Hall est d’ailleurs célébré. On est frappé de cette entêtante musique de fond  “marxisante”. La biennale dialectiquement tournée contre/sur elle-même serait comme le grand procès de la raison occidentale, technologique, mercantile et matérialiste alors qu’elle incarne parallèlement la manifestation du luxe ostentatoire le plus débridé[4]. Le versant marxiste implique sans doute d’opérer cette analyse “émancipatrice” consistant ni plus ni moins à saisir l’institution et à retourner contre elle ses contradictions.
Biennale de la Biennale

En posant également comme autre « filtre » l’histoire de la Biennale qui fête ses 120 ans d’existence, Okwui Enwezor affirme cette vision autoréflexive. Plutôt d’ailleurs que de revenir sur des événements plus compromettant de l’histoire centenaire de la manifestation, il préfère se pencher sur la Biennale de 1974. Dédiée au Chili, elle  symbolise la dénonciation d’une dictature et la perte de sens du modèle de domination occidental du monde. Le moment chilien illustrait de ce point de vue l’expansion d’une barbarie nourrie par l’Occident (le soutien américain) attestant la collusion d’un ordre néo-libéral avec l’expansion d’un système répressif ultra-violent. Cette volonté de retourner à soi en se prenant comme un système… Le tour de force réside là : la biennale devient son propre objet d’étude.

14670442742_ae06b575c5_h

[1] « Il existe un tableau de Klee qui s’intitule «Angelus Novus». Il représente un ange qui semble sur le point de s’éloigner de quelque chose qu’il fixe du regard. Ses yeux sont écarquillés, sa bouche ouverte, ses ailes déployées. C’est à cela que doit ressembler l’Ange de l’Histoire. Son visage est tourné vers le passé. Là où nous apparaît une chaîne d’événements, il ne voit, lui, qu’une seule et unique catastrophe, qui sans cesse amoncelle ruines sur ruines et les précipite à ses pieds. Il voudrait bien s’attarder, réveiller les morts et rassembler ce qui a été démembré. Mais du paradis souffle une tempête qui s’est prise dans ses ailes, si violemment que l’ange ne peut plus les refermer. Cette tempête le pousse irrésistiblement vers l’avenir auquel il tourne le dos, tandis que le monceau de ruines devant lui s’élève jusqu’au ciel. Cette tempête est ce que nous appelons le progrès ». Walter Benjamin Sur le concept d’histoire IX. Œuvres III. Traduction Maurice de Gandillac. Folio Essais page 434

[2] « The Golden Lion for the national pavilion goes to Republic of Armenia for forming a pavilion based on a people in diaspora, each artist engaging their specific locality as well as their heritage. The pavilion took the form of a palimpsest, with contemporary positions inserted into a site of historic preservation. In a year that witnesses a significant milestone for the Armenian people, this pavilion marks the resilience of trans-cultural confluence and exchanges. http://labiennale.org/en/art/news/09-05.html

[3] Voir sur le sujet la position du président de la Biennale, Paolo Baratta, pour qui les archives doivent être intégrés par le directeur artistique de la Biennale.

Estelle Bories, Marianne Le Galliard, « Trust on the Biennale : entretien avec Paolo Baratta », Artpress, juin 2014, http://www.artpress.com/2014/06/10/trust-on-the-biennale-entretien-avec-paolo-baratta1/

[4] La performance est financée par Rolls-Royce :

Charlotte Higgins, « Das Kapital at the Arsenal : How Okwui Enwezor Invited Marx to the Biennale », The Guardian, 7 mai 2015, http://www.theguardian.com/artanddesign/2015/may/07/das-kapital-at-venice-biennale-okwui-enwezor-karl-marx


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *